Télévision

[ Toutes nos réalisations ]

] Retour
GRANDS REPORTAGES : C'est ma tournée

Un reportage de Isabelle Cottenceau

Image : Henry Marquis, Vincent Ferreira

Montage : Jacques Terrien

 

Diffusé Dimanche 17 juin 2018 à 13h30 sur TF1

Reportages

GRANDS REPORTAGES : C'est ma tournée

Jean-Philippe est auteur et metteur en scène. Pour la première fois, il va remplacer un de ses acteurs et jouer dans sa propre pièce, Adieu Monsieur Haffmann. « Mon souci, c’est que ça fait longtemps que je n’ai pas joué, j’ai davantage fait des mises en scènes ces dernières années. Je n’ai pas l’entraînement. C’est comme s’il fallait que je réapprenne à nager ! » Jean-Philippe se doit d’être à la hauteur, car pour l’instant sa pièce n’a rencontré que le succès en province. Pour Jean-Philippe, l’année est riche en émotions. Adieu Monsieur Haffmann va pour la première fois être à l’affiche d’un théâtre parisien après deux années de tournée…  Et puis sa femme attend un enfant. Mais pas toujours évident de concilier tournée et vie de famille. Jean-Philippe pourra-t-il être présent à l’accouchement ?

 

Romuald, lui, est humoriste. C’est tout seul qu’il parcourt la France avec son one man show. Il y a deux ans, il a découvert la vie de tournée. Avant, il était cadre commercial. Une vie qu’il ne regrette pas d’avoir choisie, malgré la précarité. « Aujourd’hui, j’apprends à vivre avec moins mais je n’ai jamais été aussi heureux parce que je réalise un rêve et puis je gagne moins mais on ne sait pas ce que réserve l’avenir. D’ailleurs, quand on fait ce genre de boulot, il faut accepter ne pas savoir ce qu’il va se passer, mais c’est cool ! » A 35 ans, Romuald prend le pari de faire rire mais difficile de faire venir du monde quand on n’est pas connu. Romuald réussira-t-il à percer ? Surtout que, lui aussi, va avoir la chance d’être programmé à Paris… Une petite consécration… et une bonne dose de stress pour cet inconnu du grand public.

 

Avec ses mélodies mélancoliques, Pomme s’est déjà fait un petit nom dans la chanson française. Et à 21 ans, elle n’en est pas à sa première tournée, car elle a commencé à faire des concerts à 15 ans ! « Ca fait tellement partie de ma vie que je n’ai pas eu le temps de me faire des idées sur ce qu’était une tournée. Même à Paris, dans mon appartement, ma valise n’est jamais rangée, elle est tout le temps au milieu de ma chambre, ce n’est pas un truc qui me dérange puisque c’est ma vie. » Mais une étape importante l’attend : à Paris, Pomme va chanter dans la plus grande salle de sa carrière, devant 500 personnes. En attendant, elle reprend des forces dans sa famille, à Lyon. « C’est très reposant quand je viens ici car personne n’a d’attente envers moi. Quand je fais des concerts, c’est très différent, ça me met dans une énergie plus intense et plus fatigante. » Pomme se ménage ; mais réussira-t-elle à surmonter la pression ? Sa maison de disque attend elle aussi beaucoup de cette date parisienne…

 

Sarah, elle, est danseuse et chorégraphe. Il y a dix ans, elle a créé les Swings, une troupe de cabaret itinérante. « On a la chance que beaucoup de gens viennent en France voir le Moulin Rouge et le Lido. Nous, on essaye de retranscrire ça dans nos campagnes, on s’en inspire, mais c’est plus un idéal, parce qu’ils sont vraiment l’élite française. » Pour faire découvrir l’univers du music-hall, l’équipe accumule les kilomètres, mais le rythme de la tournée devient de plus en plus fatiguant pour Sarah, meneuse de revue et mère de famille. « La passion prend le dessus, mais il y a quand même des moments où je me dis, je vais baisser les bras, ça m’arrive quand on a trop de galères. Et puis le lendemain, je me lève et je vais en répèt’ ! » La cadence n’est pourtant pas près de ralentir. Sarah prépare déjà sa nouvelle revue, un grand show devant près de 1000 personnes qu’elle veut résolument moderne. Et c’est aux habitants de sa ville de Brive-la-Gaillarde qu’elle réserve la primeur de son spectacle… Elle espère bien que son audace va payer.

 

A Brive-la-Gaillarde, comme à Paris, l’objectif est de gagner le cœur des spectateurs pour espérer durer et repartir en tournée, car difficile quand on a connu les lumières de la scène et la chaleur du public de renoncer à cette vie de saltimbanque !